Curamba

Après des années de recherches, l'archéologue péruvien Raul del Mar, découvre, dans la province d'Andahuaylas, à quelques kilomètres au nord-ouest de Kishuara, l'étonnante cité de Curamba. Perché à 4.300 mètres d'altitude, le site n'en finit pourtant pas d'attendre, au grand dam de son inventeur, un hypothétique sauvetage. On marche littéralement sur des milliers de céramiques !

Situé dans un corridor tenu secret par les Incas, sur la route de Cusco et de Païtiti, la ville secrète des Incas, Curamba fut d'abord, à l'époque impériale, l'un des grands centres miniers du Tahuantinsuyu. Un millier de fours, utilisés pour la fonte de minerais de cuivre, d'argent et d'or rappelle encore l'activité industrielle de cette cité minière de trois mille habitants. Reliée aux cités incas de Sondor –également découverte par Raúl del Mar-, de Cochacajas, d'Inkatambo, de Ccoriwayrachina, de Choquequirao, ou de Vilcabamba, Curamba constitua, après l'invasion espagnole, l'étape incontournable des Indiens rebelles vers Païtiti. Manco Inca, le prince courageux qui rendit sa fierté au peuple inca, l'utilisa pour échapper à Pizarro et semer la terreur dans le camp espagnol.

Curamba
Curamba fut l'un des grands centres métallurgiques de l'Empire Inca.

Du pied de la monumentale Huaca del Sol, une magnifique pyramide à degrés de vingt mètres de haut, Raúl del Mar et Thierry Jamin, un jeune archéologue français, s'interrogent : Curamba a-t-elle vu passer le fameux trésor des Incas, qui, selon la légende, fut transporté jusqu'à Païtiti ? Mais il ne reste de Curamba que des ruines et des centaines de momies, muettes, attendant dans une consternante indifférence, que les archéologues leur rendent un jour la parole…

Thierry Jamin

Curamba
Vue générale de la place centrale de Curamba et de la pyramide du Soleil (Curamba, août 2002)

© Thierry Jamin, 1998-2017 | Mentions légales | Plan du site |Réalisation : Prodiris | Haut de page
Facebook

  • « Païtiti 2017 »... c’est reparti !


    Malgré une actualité très chargée nous obligeant à réaliser d’importantes recherches sur la côte sud du Pérou, toute l’équipe de l’Institut Inkari – Cusco reste mobilisée pour l’organisation de la campagne « Païtiti 2017 ».

  • La DIRAVPOL avec « Païtiti 2017 »


    Comme vous le savez, notre équipe est prête. Nous venons de confirmer, avec la DIRAVPOL-PNP, la location d’un hélicoptère MI-17 de la Police Nationale. Mais il reste l’épineux problème du permis du Ministère de l’Environnement (SERNANP) pour nous permettre d’entrer dans notre zone de recherche pendant une période maximum de 16 jours.

  • Thierry Jamin, bientôt au Cherche Midi Éditeur (Paris)


    Les dernières recherches de Thierry Jamin et de son groupe, sur les traces de la cité perdue de Païtiti, sortiront en France dans le courant de cette année 2017 aux éditions du Cherche Midi...

Français Spañol English