Les Mystères de Lacco et de Chunchusmayo (2010)

Dominique Lizé prépare l'un des 4X4 aux couleurs de SeD Logistique
Dominique Lizé prépare l'un des 4X4 aux couleurs de SeD Logistique. (Photo : Thierry Jamin, mai 2010)

 

 

 

À la fin de l'année 2009, nous entrons en contact avec Dominique Lize. Responsable de l'agence nantaise de la société SeD Logistique, il veut à tout prix participer à nos prochaines explorations, dont le nom de code était « Inkari 2010 ».

 

 

 

Thierry et son groupe au pied d'un édifice de la citadelle de Pantipayana
Thierry et son groupe au pied d'un édifice de la citadelle de Pantipayana. (Photo : Thierry Jamin, juin 2010)

Les objectifs de la campagne Inkari étaient d'aller vérifier la présence de nouveaux sites dont les habitants des vallées de Lacco et de Chunchusmayo nous parlaient depuis des mois. Et si nous disposions des financements nécessaires, nous désirions poursuivre notre exploration en direction du nord-ouest. C'est dans cette direction en effet que semblent se diriger la plupart des sites que nous venions de découvrir. Pour la première aussi, nous étions arrivés à une conclusion incroyable : Païtiti ne se cachait sans doute pas dans la forêt du Parc National du Manú, mais à l'extérieur. C'est d'ailleurs le sentiment de nombreux habitants de ces régions et de Natifs de la forêt. La reine des cités perdues se cacherait quelque part, près du Manú, mais dans une zone appartenant au Sanctuaire de Megantoni.

 

Thierry et Emilio, sur le site d'Inca Tambo
Thierry et Emilio, sur le site d'Inca Tambo. (Photo : Thierry Jamin, mai 2010)

Je rencontre à Paris, en mars 2010, Denis Lefèvre, Directeur Général de SeD Logistique et Christophe Dubois, Président du groupe. Par l'intermédiaire de Dominique Lizé, Christophe s'est pris d'un formidable intérêt pour ces recherches inédites de la ville perdue. Il accepte de financer une partie importante de ma future campagne. Dominique se joindra à nous quelques jours avant le départ.

En mai 2010, grâce à SeD Logistique et à Mario Martinez, nous pouvons de nouveau nous mettre en route. Guidés par les habitants de Lacco et de Chunchusmayo, nous mettons au jour de nouveaux sites jusqu'alors inconnus de l'archéologie moderne. Nous découvrons un nombre considérable de sites magnifiques, d'origine inca et pré inca : à Lacco, la nécropole de Rimac Pampa, les cités de Pumacocha, de Hatun Monte, de Pucatina, de Chaupichullo et de Pantipayana ; puis, dans la vallée voisine de Chunchusmayo, nous découvrons d'importants centres de production agricole, tels que ceux de Tambo Inca ou de Inca Tambo, et de magnifiques citadelles comme celles de Nuevo Mundo et de Monte Puncu.

 

Sur le site de Nuevo Mundo, un habitant de Chunchusmayo nous exhibe une magnifique aryballe d'origine inca
Sur le site de Nuevo Mundo, un habitant de Chunchusmayo nous exhibe une magnifique aryballe d'origine inca. (Photo : Thierry Jamin, mai 2010)

Nous nous trouvons au milieu des merveilles. Mais il est temps bientôt de rentrer à Cusco. Quelques semaines plus tard, nous repartons de nouveau pour Lacco afin de vérifier l'existence d'autres sites que certains habitants nous ont signalés quelques semaines auparavant.

Il ne nous sera, en revanche, pas possible d'entreprendre comme prévu l'exploration au-delà de Lacco –l'objectif principal de 2010-, là où, selon nos pronostiques, se cache la légendaire ville perdue des Incas. Le financement que nous avait promis l'un de nos partenaires n'arrivera pas dans les temps. Mais ce n'est que partie remise. En attendant, grâce à Sed Logistique et à Mario Martinez, notre équipe aura l'honneur d'officialiser à Cusco, le 14 octobre 2010, la découverte officielle d'une trentaine de sites archéologiques, petits et grands, jusqu'alors inconnus de la science moderne.

 

L'un des principaux édifices de la citadelle inca de Monte Puncu
L'un des principaux édifices de la citadelle inca de Monte Puncu, connue par certains sous le nom de "ruines de Miraflores". Le site fut visité pour la première fois par l'équipe de Thierry Jamin en juillet 2009 et enregistré au Ministère de la Culture en 2010. (Photo : Thierry Jamin, mai 2010)

Une règle générale peut être tirée de toutes ces découvertes : les Incas ont toujours bâti leurs cités importantes entre 1.800 et 2.500 mètres d'altitude, voire plus. Toutes les cités rencontrées sont incluses dans cette bande géologique. C'est aussi le cas de Machu Picchu, de Pisac et de tant d'autres cités incas. Cette zone, située à cheval entre les deux départements péruviens de Cusco et de Madre de Dios paraît donc idéale pour abriter une grande capitale comme le fut Païtiti.

Plus de détails sur les dernières expéditions de Thierry Jamin et les découvertes de son équipe : voir son prochain livre, à paraître bientôt aux éditions du Cherche Midi…

© Thierry Jamin, 1998-2017 | Mentions légales | Plan du site |Réalisation : Prodiris | Haut de page
Facebook

  • « Païtiti 2017 »... c’est reparti !


    Malgré une actualité très chargée nous obligeant à réaliser d’importantes recherches sur la côte sud du Pérou, toute l’équipe de l’Institut Inkari – Cusco reste mobilisée pour l’organisation de la campagne « Païtiti 2017 ».

  • La DIRAVPOL avec « Païtiti 2017 »


    Comme vous le savez, notre équipe est prête. Nous venons de confirmer, avec la DIRAVPOL-PNP, la location d’un hélicoptère MI-17 de la Police Nationale. Mais il reste l’épineux problème du permis du Ministère de l’Environnement (SERNANP) pour nous permettre d’entrer dans notre zone de recherche pendant une période maximum de 16 jours.

  • Thierry Jamin, bientôt au Cherche Midi Éditeur (Paris)


    Les dernières recherches de Thierry Jamin et de son groupe, sur les traces de la cité perdue de Païtiti, sortiront en France dans le courant de cette année 2017 aux éditions du Cherche Midi...

Français Spañol English