Sur la route du Grán Païtiti, les peintures rupestres de Mantto

Sur la route de Mantto, le Père Polentini et moi nous arrêtons dans le petit village de Lares, où celui-ci y tint la paroisse, durant de nombreuses années. Nous écoutons le maire (alcade) nous parler des balais incessants d’hélicoptères qui, il y a quatre ou cinq ans, survolaient la région vers une destination inconnue dans la jungle du Madre de Dios…

 

Mantto
Peintures rupestres polychromes, Mantto, époque post-coloniale.
(Septembre 2003)

Nous reprenons notre route et parvenons enfin, quelques heures plus tard, à l’aplomb du site de Mantto. C’est, en réalité, un ensemble de cavernes et d’habitations troglodytes, avec d’importantes peintures pariétales de l’époque coloniale. Les Incas se seraient réfugiés dans ces hauteurs pour échapper aux Espagnols. Non loin de là, s’élève une énorme cataracte, la « catarata de la Mama », ainsi nommée en raison de sa forme curieuse rappelant la silhouette d’une femme tenant un enfant dans ses bras.

 

Mantto
Peintures rupestres polychromes, Mantto, époque post-coloniale.
(Septembre 2003)

Le site est localisé dans le district de Lares et dans la province de Calca (Département de Cusco), à la confluence des rios Lares et Amparaes, d’où est originaire le rio Yanatile. Je m’introduis avec précaution dans ces cavernes et inspecte les peintures, de couleur ocre. J’y observe quantité d’animaux, des troupeaux de lamas, quelques félins et des hommes à cheval (Espagnols ?).

L’ensemble me paraît, en effet, très intéressant mais remonte à une époque post-coloniale. Dans certaines cavernes, des parois se sont effondrées de manière brutale car les cassures sont nettes. On les a dynamitées, cela ne fait aucun doute. On remarque aussi, partout, des traces de vandalisme et de saccage ! Cela me révolte ! Qu’est-on venu chercher ici ? On y a, semble-t-il, cherché de l’or. L’or des Incas. Cet or maudit pour lequel tant de gens sont morts dans ce pays depuis tant de siècles ! Une tradition locale raconte, en effet, qu’une partie du convoi de la Coya, l’épouse d’Atahuallpa, serait passé par Mantto, sur la route de Païtiti. Y a-t-on alors dissimulé une partie de l’or de la seconde rançon ?

Mantto
Peintures rupestres polychromes, Mantto, époque post-coloniale.
(Septembre 2003)

Le pilote de l’hélicoptère affirma au Père Polentini en avoir dégagé des tonnes d’or…

Cela fait des mois que nous cherchons à sensibiliser les plus hautes autorités de l’UNESCO, à Paris, pour tenter de sauver le Grán Païtiti, s’il n’est pas trop tard. Mais l’UNESCO ne peut rien faire sans une demande officielle du gouvernement péruvien… Il est temps de se réveiller !

 

Mantto
Le site de Mantto, au nord du Grán Païtiti.
(D'après l'ouvrage du Père Juan Carlos Polentini Wester, « El Paí Titi. Padre Otorongo », Lima, 1999)

© Thierry Jamin, 1998-2017 | Mentions légales | Plan du site |Réalisation : Prodiris | Haut de page
Facebook

  • « Païtiti 2017 »... c’est reparti !


    Malgré une actualité très chargée nous obligeant à réaliser d’importantes recherches sur la côte sud du Pérou, toute l’équipe de l’Institut Inkari – Cusco reste mobilisée pour l’organisation de la campagne « Païtiti 2017 ».

  • La DIRAVPOL avec « Païtiti 2017 »


    Comme vous le savez, notre équipe est prête. Nous venons de confirmer, avec la DIRAVPOL-PNP, la location d’un hélicoptère MI-17 de la Police Nationale. Mais il reste l’épineux problème du permis du Ministère de l’Environnement (SERNANP) pour nous permettre d’entrer dans notre zone de recherche pendant une période maximum de 16 jours.

  • Thierry Jamin, bientôt au Cherche Midi Éditeur (Paris)


    Les dernières recherches de Thierry Jamin et de son groupe, sur les traces de la cité perdue de Païtiti, sortiront en France dans le courant de cette année 2017 aux éditions du Cherche Midi...

Français Spañol English