Païtiti 2017 - Les objectifs

Lucho, un Natif kuga pakuri de la communauté de Inconeni, située à quelques kilomètres de la fameuse montagne « carrée » où se cache peut-être Païtiti.
Lucho, un Natif kuga pakuri de la communauté de Inconeni, située à quelques kilomètres de la fameuse montagne « carrée » où se cache peut-être Païtiti.
(Photo : Thierry Jamin, octobre 2013)

La campagne « Païtiti 2017 » marquera sans doute un tournant dans la recherche de Païtiti. Appuyée par les Matsiguengas de la communauté de Timpía, l’opération se déroulera entre juin et août. Notez bien que la date officielle du départ dépendra bien sûr de son financement et sera fixée au mois d’avril.

D’une durée d’un mois et demi, cette expédition se réalisera en cinq phases :

D’une durée d’un mois et demi, cette expédition se réalisera en cinq phases :

Dans un premier temps, un groupe de Matsiguengas de la communauté de Timpía s’engagera dans la jungle pour ouvrir la route de l’équipe principale une quinzaine de jours avant le départ officiel de l’opération. En coordination avec Thierry Jamin et l’Institut Inkari, ce groupe aura pour mission de préparer le terrain sur plus d’un tiers du chemin.

 

Remontée d’un fleuve amazonien de la région de Timpía, en direction de la montagne mystérieuse et des cinq lacs
Remontée d’un fleuve amazonien de la région de Timpía, en direction de la montagne mystérieuse et des cinq lacs
(Photo : Thierry Jamin, octobre 2013)

Dans un deuxième temps, l’équipe principale partira de Cusco en 4X4, avec une logistique minimale, jusqu’au petit port fluvial d’Ivochote. De là, remontant le rio Urubamba et passant le pongo de Mainique, elle rejoindra la communauté native en bote (pirogue de 20 mètres). Puis l’équipe se mettra en route, comme en octobre 2013, d’abord en peque-peque, remontant un fleuve amazonien, puis à pieds, jusqu’au lieu du camp de base, situé à proximité de la « lagune carrée ».

 

Atterrissage d’une Alouette III en décembre 2008, dans l’ancienne hacienda de Villacarmen.
Atterrissage d’une Alouette III en décembre 2008, dans l’ancienne hacienda de Villacarmen.
(Photo : Thierry Jamin, décembre 2008)

Dans un troisième temps, un hélicoptère partira de Cusco et les rejoindra quelques jours plus tard avec le gros de la logistique.

La phase d’exploration proprement dite pourra alors débuter et durera plusieurs semaines.

Dans un cinquième temps, l’hélicoptère reviendra récupérer le matériel avant le retour progressif de l’équipe vers la communauté de Timpía puis Cusco, selon le schéma utilisé pour l’introduction du groupe jusqu’au site.

La région explorée, particulièrement difficile d’accès, nécessitera une préparation technique et un entraînement physique adaptés à un milieu naturel particulièrement accidenté : rivières tumultueuses, traversée de la forêt primaire, ascensions de montagnes à 3.000 mètres, etc. Trente jours seront nécessaires pour atteindre notre objectif avec l’aide des Natifs de la région, pour explorer la zone de recherche et effectuer les premiers relevés scientifiques.

C’est non seulement la capitale amazonienne des Incas, mais c’est aussi un territoire entier qui, jusqu’alors vierge de toutes données archéologiques, se révèle peu à peu à la science moderne. Une nouvelle page de l’histoire oubliée de l’Amérique du Sud sortira bientôt des oubliettes de l’Humanité...

© Thierry Jamin, 1998-2017 | Mentions légales | Plan du site |Réalisation : Prodiris | Haut de page
Facebook

  • « Païtiti 2017 »... c’est reparti !


    Malgré une actualité très chargée nous obligeant à réaliser d’importantes recherches sur la côte sud du Pérou, toute l’équipe de l’Institut Inkari – Cusco reste mobilisée pour l’organisation de la campagne « Païtiti 2017 ».

  • La DIRAVPOL avec « Païtiti 2017 »


    Comme vous le savez, notre équipe est prête. Nous venons de confirmer, avec la DIRAVPOL-PNP, la location d’un hélicoptère MI-17 de la Police Nationale. Mais il reste l’épineux problème du permis du Ministère de l’Environnement (SERNANP) pour nous permettre d’entrer dans notre zone de recherche pendant une période maximum de 16 jours.

  • Thierry Jamin, bientôt au Cherche Midi Éditeur (Paris)


    Les dernières recherches de Thierry Jamin et de son groupe, sur les traces de la cité perdue de Païtiti, sortiront en France dans le courant de cette année 2017 aux éditions du Cherche Midi...

Français Spañol English