Païtiti-Eldorado, la ville secrète des Incas

C’est l’une des histoires les plus fascinantes de la mythologie inca. Et c’est aussi aujourd’hui la plus grande énigme archéologique d’Amérique du Sud. Une énigme que l’on est peut-être sur le point de percer.

L'Inca
L’empereur inca, Fils du Soleil, dieu vivant des Andes.
(Photo : Thierry Jamin, juin 2007)

D’après ce que l’on sait grâce aux chroniques de l’époque et aux vieilles traditions légendaires, Païtiti aurait été une ville immense qui se trouverait enfouie quelque part dans la forêt amazonienne péruvienne. C’est une ville que l’on a cherchée dans toute l’Amérique du Sud. Mais depuis une cinquantaine d’années, les recherches se sont focalisées vers le sud-est du Pérou, en Amazonie péruvienne. Ce qui paraît logique, car Païtiti est lié à l’Empire inca. Et le Pérou moderne constitue ce qui fut le cœur de cet empire : le Tawantinsuyu.

 

Paititi
Carte ancienne sur cuir datant du XVIIème siècle censée représenter la région où se situerait la ville perdue de Païtiti…

Le point de départ de la légende se situe peu après la mort d’Atawualpa, l’Inca régnant à l’arrivée des Espagnols (1532). L’Empire était alors à son apogée, mais déchiré par une guerre civile entre Huascar, l’héritier légitime du trône des Incas, et son demi frère Atawualpa. C’est alors que surgit Francisco Pizarro. Celui-ci profitant de l’état de guerre civile dans lequel se trouvait l’Empire, capture Atawualpa. Prisonnier des Espagnols, l’Inca propose, en échange de sa liberté, le versement d’un trésor fabuleux. Il s’engage à remplir d’or la salle du palais où il est séquestré, jusqu’à la hauteur de sa main levée, et de remplir d’argent deux autres salles similaires, et en un mois. Pizarro, qui était ébloui par les richesses du Pérou, accepte évidemment le marché. La rançon de l’empereur commence alors à affluer dans le camp espagnol de toutes les provinces du Tawantinsuyu. Les chroniqueurs de cette époque parlent de véritables montagnes d’or ! On dit qu’à la même époque une partie de la noblesse inca, empruntant un réseau de cités secrètes, aurait trouvé refuge dans la forêt, sur le versant amazonien du Pérou. Et c’est à ce propos que l’on prononce, dès les premières années de la conquête, un mot mystérieux : celui de Païtiti.

S’agissait-il de la face cachée de l’Empire inca, d’un fief secret des Incas ? Nul ne le sait. Car personne n’a encore jamais retrouvé cette mystérieuse ville perdue. C’est là également qu’auraient été cachés en urgence tous les trésors de l’Empire. Du moins ceux de la région de Cusco, la capitale impériale. Des tonnes d’or et de magnifiques objets précieux auraient ainsi transité en hâte vers la jungle. Certains chroniqueurs parlent de vingt mille lamas chargés d’or, conduits vers l’est, pour une destination inconnue, par la Coya, l’épouse de l’Inca.

 

Zone Paititi
Zone supposée du royaume du Gran Païtiti, en Amérique du Sud. Depuis ces dernières décennies, les recherches s’orientent vers la région du département du Madre de Dios, dans le sud-est du Pérou.
(Photo : Courtesy, Spot Image, 2007)

Plusieurs chroniques parlent notamment d’une merveilleuse “chaîne en or” que l’Inca Huayna Capac avait fait exécuter pour commémorer la naissance de Huascar, l’héritier légitime des Incas, qu’Atawualpa, son demi-frère, fera assassiner. Cette yahuirka, dont la longueur était au moins de deux cents mètres, avait, dit-on, des maillons aussi gros que le pouce d’un homme. Garcilaso de la Vega, un métis qui passa sa jeunesse à Cusco, prétend que son poids était tel que deux cents Indiens parvenaient à peine à la soulever. Elle était recouverte de plaquettes d’or articulées qui, simulant les écailles de la peau d’un serpent, scintillaient au Soleil. Les conquistadors tentèrent vainement de s’en emparer. Mais la légende raconte que cette inestimable chaîne d’or aurait été ramenée secrètement, par les Indiens eux-mêmes, jusqu’au royaume du Grán Païtiti et jetée dans une lagune, accompagnée de quantités d’objets d’une valeur inestimable.

On parle aussi d’un fabuleux disque solaire en or, le Punchao, qui trônait jadis dans la salle principale du Qorikancha, l’Enceinte d’Or, le Grand Temple de Cusco. Haut d’environ quatre mètres, cette idole anthropomorphe représentant Inti, le dieu Soleil, reposait sur un socle qui contenait, dit-on, les cœurs pulvérisés des empereurs incas. C’était le saint des saints, l’objet le plus précieux de l’Empire. On perd sa trace après 1572.

 

Zone du rio Alto Madre de Dios
La zone du rio Alto Madre de Dios, théâtre des premières expéditions de Thierry Jamin.
(Photo : CNES, Spot V, Distribution Spot Image, 2007)

La légende de Païtiti, on le voit, est donc très liée à cette histoire de rançon et d’or. Et c’est d’ailleurs tout le drame de Païtiti. Car la plupart de ceux qui n’eurent de cesse, à travers l’histoire, de rechercher cette ville perdue, n’étaient animés, pour la plupart, que par l’appât de l’or. Mais Païtiti est avant tout un trésor… archéologique ! C’est le Graal du Pérou moderne. Et c’est un grand patrimoine de l’humanité.

 

Pour plus de détails : Thierry Jamin, Pierre-Albert Ruquier, « L’Eldorado inca. A la recherche de Païtiti », éditions Hugo & Cie, Paris, novembre 2006. Acheter le livre en ligne : cliquez ici.

© Thierry Jamin, 1998-2017 | Mentions légales | Plan du site |Réalisation : Prodiris | Haut de page
Facebook

  • « Païtiti 2017 »... c’est reparti !


    Malgré une actualité très chargée nous obligeant à réaliser d’importantes recherches sur la côte sud du Pérou, toute l’équipe de l’Institut Inkari – Cusco reste mobilisée pour l’organisation de la campagne « Païtiti 2017 ».

  • La DIRAVPOL avec « Païtiti 2017 »


    Comme vous le savez, notre équipe est prête. Nous venons de confirmer, avec la DIRAVPOL-PNP, la location d’un hélicoptère MI-17 de la Police Nationale. Mais il reste l’épineux problème du permis du Ministère de l’Environnement (SERNANP) pour nous permettre d’entrer dans notre zone de recherche pendant une période maximum de 16 jours.

  • Thierry Jamin, bientôt au Cherche Midi Éditeur (Paris)


    Les dernières recherches de Thierry Jamin et de son groupe, sur les traces de la cité perdue de Païtiti, sortiront en France dans le courant de cette année 2017 aux éditions du Cherche Midi...

Français Spañol English