Le trésor de Machu Picchu

Le Pérou menace de poursuivre devant un tribunal international l’une des plus prestigieuses universités américaines, celle de Yale, qui a vu passer les époux Clinton, George Bush et John Kerry. Si l’université ne restitue pas le trésor de Machu Picchu « emprunté » au début du siècle dernier par le découvreur du site, le Pérou mettra enfin sa menace à exécution.

 

Hiram Bigham
Hiram Bingham, posant devant sa tente à Machu Picchu, lors de fouilles organisées en 1912.

En 1911, Hiram Bingham, après avoir retrouvé, par hasard, la cité de Machu Picchu, fit transporter, en trois voyages, à Yale, près de New Haven, plus de 5 000 objets. Selon l’actuel président péruvien, Alejandro Toledo, l’université de Yale devait le restituer en 1916. Hiram Bingham, devenu riche et célèbre, après avoir publié plusieurs ouvrages relatant ses aventures, a d’abord été élu gouverneur de l’Etat du Connecticut, puis sénateur à Washington.

Le « trésor des Incas », qui a voyagé sur tout le territoire américain en 2005, a attiré plus d’un million de visiteurs.

Nous espérons que les autorités américaines restitueront bientôt ce matériel archéologique, appartenant au patrimoine national du Pérou et à celui de l’humanité.

Nous suivrons de près ce dossier et ne manquerons pas de vous tenir informé de ces avancées.

Paris,
Le 4 février 2006

Thierry Jamin

46 322 pièces archéologiques incas provenant de Machu Picchu seraient actuellement conservées dans les caves de l’Université de Yale.

Yale
Quelques pièces archéologiques découvertes à Machu Picchu par l’équipe d’Hiram Bingham et actuellement conservées à l’université de Yale.
(Photo : Agencia Peruana de Noticias Andina, avril 2008)

Un inventaire minutieux du trésor de Machu Picchu, réalisé récemment à l’université de Yale, aux Etats-Unis, a montré que ce ne sont pas 4 000 pièces qui auraient été « prélevées » à l’époque, mais bien 10 fois plus !

Le gouvernement péruvien d’alors, dirigé par Augusto B. Leguía (1908-1912) avait accordé temporairement une sortie non moins temporaire des pièces dont il ne fut jamais tenu un registre officiel. D’autant que, selon des spécialistes péruviens, des lots importants sortirent du territoire national irrégulièrement, via la Bolivie.

L’actuel président du Pérou, Alán Garcia Perez, fulmine. Il vient de charger son ministre de la Santé, Hernán Garrido Lecca, de rapatrier ce trésor précolombien, plus belle découverte du XXème siècle avec la tombe de Toutankhamon, en Egypte, par Howard Carter, en 1922. Non pas qu’Alan Garcia ait de sérieux doutes sur la santé mentale du recteur de Yale qui a carrément menti effrontément sur le butin d’Hiram Bingham, mais parce que le Pérou n’a pas de ministère de la Culture, mais une administration, l’INC, l’Institut National de la Culture.

Yale
D’autres pièces archéologiques conservées à Yale.
(Photo : Agencia Peruana de Noticias Andina, avril 2008)

Ces 46 332 pièces sont réparties en 5 728 lots : 3 497 lots de céramiques, 126 lots de restes humains, 11 lots de métaux, et 1 038 lots relatifs à la faune. L’inventaire a été effectué par les propres services de l’INC dans les locaux du Peabody Museum de l’université de Yale.

Paris,
Avril 2008

Thierry Jamin

 

Machu Picchu
La salle d’exposition des objets de Machu Picchu, présentés par l’université de Yale au grand public américain. Souhaitons que le grand public péruvien pourra bientôt, à son tour, contempler ses joyaux de l’art inca…
(Photo : The New York Times, 2 février 2006)

© Thierry Jamin, 1998-2017 | Mentions légales | Plan du site |Réalisation : Prodiris | Haut de page
Facebook

  • « Païtiti 2017 »... c’est reparti !


    Malgré une actualité très chargée nous obligeant à réaliser d’importantes recherches sur la côte sud du Pérou, toute l’équipe de l’Institut Inkari – Cusco reste mobilisée pour l’organisation de la campagne « Païtiti 2017 ».

  • La DIRAVPOL avec « Païtiti 2017 »


    Comme vous le savez, notre équipe est prête. Nous venons de confirmer, avec la DIRAVPOL-PNP, la location d’un hélicoptère MI-17 de la Police Nationale. Mais il reste l’épineux problème du permis du Ministère de l’Environnement (SERNANP) pour nous permettre d’entrer dans notre zone de recherche pendant une période maximum de 16 jours.

  • Thierry Jamin, bientôt au Cherche Midi Éditeur (Paris)


    Les dernières recherches de Thierry Jamin et de son groupe, sur les traces de la cité perdue de Païtiti, sortiront en France dans le courant de cette année 2017 aux éditions du Cherche Midi...

Français Spañol English